La Côte Saint-André

Lutrin 10

Étape 10 dans la rue Saint-André

Où ?

Rue Saint-André, à La Côte-Saint-André, sur le mur de la pâtisserie Jouvenal, à l’angle de la rue de la République.

L’illustration :

crayon et aquarelle

Le lieu :

La ville de La Côte-Saint-André est riche d’un très beau patrimoine architectural. Outre les bâtiments qui ont fait sa renommée (Château Louis XI, halles, église Saint-André, maison natale de Berlioz…), de très nombreuses habitations sont remarquables. Dans le centre même, un certain nombre d’entre elles datent du XVIème siècle et beaucoup ont conservé la structure en demi-paliers typique du Dauphiné.
Admiratif de ces « maisons urbaines », Jongkind a très souvent arpenté les rues de La Côte et l’animation qui régnait sur la place Saint-André et dans les rues adjacentes l’a tout particulièrement attiré.

Le lieu et Jongkind :

La perspective de cette rue qui débouche sur la place Saint-André, avec l’église en toile de fond, et le charme des maisons anciennes qui la bordent ne pouvaient que séduire Jongkind. L’artiste y retrouve aussi des éléments qu’il affectionnait à Paris, à Nevers ou à Lyon : la vie urbaine dans laquelle son goût du contact introduit une convivialité chaleureuse. Comme cela avait été le cas dans la vallée de la Bourbre quelques années auparavant, les habitants de La Côte-Saint-André et les enfants s’habituent à ce grand personnage qui plante son chevalet un peu partout dans la ville, écorche souvent le français, jure parfois mais fait toujours montre d’une grande ouverture envers chacun. Quand il disparaîtra, ce sont les anonymes de la ville qui l’accompagneront jusqu’au cimetière et Jean Celle, dans le journal local soulignera : « eux le jugeaient un peu toqué, comme tous les artistes. Mais bien bonhomme ! ».