Blandin

Lutrin 5

Étape 5 sur le parking de la mairie

Où ?

À Blandin, sur le parking de la mairie.

L’illustration :

aquarelle (1877)

Le lieu :

Face au château de Pupetières et au hameau de Mallein, le village de Blandin a été souvent fréquenté par Jongkind et Joséphine Fesser qui venaient au cimetière de la commune où reposent les deux premiers enfants de Jules et Pauline Fesser, emportés, en très bas âge, par une épidémie (sans doute de choléra). Embrassant la vallée de la Bourbre, le village offre de belles perspectives sur les Alpes et le Jura.

Le lieu et Jongkind :

A la fin du XIXème siècle, alors que le cours même de la Bourbre, en fond de vallée, est encore largement bordé de marais, les coteaux riverains sont l’objet d’une intense activité agricole. Jongkind peint donc en de multiples occasions les travaux paysans aussi bien que les femmes qui viennent laver leur linge dans le lit de la rivière.
Mais Blandin est en outre traversé par le chemin de fer qui relie Paris et Lyon à Grenoble. Or Jongkind a été fasciné par ce mode de transport qui lui facilitait de très nombreux périples à travers la France mais qui lui a aussi permis d’entrevoir la technique immortalisée par les Impressionnistes. Dans un texte révélé par Henri Vincenot dans son ouvrage sur les chemins de fer, Jongkind n’hésite pas à dire que, depuis la fenêtre d’un wagon, en région parisienne, « il a vu passer, à la vitesse d’un éclair, plus de mille tableaux successifs » et que « au retour, il les a vus avec une lumière différente et ils étaient autres ». Jongkind affirme donc « j’ai compris que c’est comme cela qu’il fallait peindre : ne retenir que l’essentiel d’une lumière surprise en une seconde à des moments différents. »
Il n’est donc pas étonnant que, dans une aquarelle, il ait voulu rendre hommage au chemin de fer lors de son passage à l’entrée du village de Blandin.